Salta direttamente ai contenuti

Les églises ducales et les premières émanations siciliennes

PDF Stampa E-mail
Home arrowL'architecture normande de Sicile arrowLes églises ducales et les premières émanations siciliennes

Après avoir pacifié et unifié une grande partie de la Normandie, Guillaume s'attela à la construction d'un certain nombre de châteaux et de cathédrales dans les régions réputées stratégiques pour le contrôle militaire et social de l'ensemble du duché (Bassin de la Seine et Cotentin). La région comprise entre l'Orne et le Maine, traversée par la Sarthe, entre Domfront, Auteuil et Saint-Céneri-le-Géré, vit également la construction ou la restauration d'un certain nombre d'églises d'inspiration bénédictine afin d'exprimer, outre des sentiments de dévotion, les signes tangibles d'un orgueil féodal naissant. Notre-Dame-sur-l'Eau à Domfront (1050 environ) devint très vite la paroisse de prédilection des ducs de Normandie et de la noblesse normande, un rôle de premier plan qu'elle conserva également au siècle suivant. Saint-Céneri (1050-1065) constituait aussi un centre de pèlerinage important pour la noblesse normande. Ancien sanctuaire détruit par les vikings, il fut reconstruit par les moines de Saint-Evroult d'Ouche pour le compte des Géré, une importante famille feudataire liée à Robert le Magnifique. Ces deux églises, avec celle d'Auteuil, représentaient pour les jeunes chevaliers normands, engagés dans la conquête de terres lointaines comme la Sicile, quelques-unes des racines spirituelles et typologiques à partir desquelles pouvoir bâtir de nouveaux édifices sacrés et exprimer une continuité nobiliaire acquise avec la région d'origine, dans le sillage tracé par les ducs désormais légendaires  : Richard, Robert et Guillaume.

Au niveau de l'aménagement du plan et des critères proportionnels, certains des édifices religieux fondés durant les premières phases de la conquête de l'Italie méridionale sont en effet similaires à ces églises, et notamment : San Giovanni Vecchio à Stilo (XIe) en Calabre et deux églises consacrées à Saint Michel Archange en Sicile : une à Altavilla Milicia (1071) et l'autre à Troina (1078). Le mythe des premières typologies ducales de Normandie se perpétua également au siècle suivant.
Les éléments structuraux qui unissent ces premiers édifices siciliens à leurs contreparties normandes sont multiples  : même s'ils présentent des connotations régionales différentes, tous sont liés par une harmonie unique dans la composition, rythmée par une géométrie rigoureuse.

Le plan traditionnel en forme de croix latine est caractérisé par une seule nef qui se prolonge idéalement au-delà du transept, avec le chœur et le sanctuaire, dont l'abside ressort d'un volume rectangulaire.
Les bras du transept sont particulièrement prononcés à l'extérieur et les absides de la prothesis et  du diaconicon se rattachent à leurs extrémités, avec des axes perpendiculaires, sans communication directe avec le chœur. La nef unique est divisée en trois travées. Un aménagement structural de ce genre sera également adopté au XIIe siècle dans d'autres églises normandes siciliennes.