Salta direttamente ai contenuti
A
Commence par Contient Mot exact
There are 97 entries in the glossary.
Pages: «1 2 3 4 5 »
Terme Définition
FermeAssemblage architecturale en forme de triangle isocèle (charpente) composé d’éléments en bois et servant à supporter un toit à double pente. Construction apparente.
 
FlècheElément architectural triangulaire, couronnant généralement une façade, un portail, une planche peinte, employée également dans les tabernacles et les ciborium. Elément ornemental typiquement gothique.
 
Flèche, aiguilleElément architectural ornemental en forme de comble pyramidal ou conique, placé pour couronner des structures verticales telles que clochers, tours, contreforts ou dérivés de merlons de la basse antiquité et du Moyen-âge à vocation défensive. Utilisée dans l'art roman tardif, l’art normand mais surtout gothique.
 
Fond d’orFond constitué d'une feuille d'or que l'on posait sur le plâtre et qui recouvrait la planche en bois au moyen d'une substance rougeâtre : la terre d’Arménie. Il servait à donner une splendeur particulière aux planches peintes.
 
FresqueTechnique de peinture murale. Le mur était enduit d’un mortier grossier, lui-même recouvert d'une couche plus fine sur laquelle on dessinait la trace de l'œuvre d'une seule couleur. Une fine couche de sable très fin et de chaux recouvrait parfois l’ébauche. C'est sur ce mortier mouillé que le peintre étalait ses couleurs délayées à l'eau. Pour pouvoir peindre sur le mortier frais, la portion de mur devant être décorée était préparée au jour le jour. Cette technique requérait un coup de pinceau rapide et sans erreurs. Les retouches étaient effectuées à sec en utilisant des détrempes. Bien entendu, la peinture à fresque devenait très résistante.
 
FriseDans l’architecture classique, partie de l’entablement comprise entre l’architrave et la corniche. En général, désigne un élément ornemental qui décore les corniches et les surfaces linéaires.
 
FrontonCouronnement de forme triangulaire qui surmonte le temple classique, placé entre l'entablement et les pentes du toit (renferme le tympan au centre). Souvent décoré de statues et de reliefs. Indique toutefois le plus souvent le haut d'une façade couverte d'un toit à double pente et le couronnement de portes, fenêtres, niches, édicules.
 
GalerieDans les basiliques paléochrétiennes, désigne l’espace dans les nefs mineures qui donne sur la nef principale à travers les arcades (matronée). Dans l’art roman, elles ont une fonction décorative et ornent fréquemment la façade et les murs extérieurs de l'église.
 
GéminéeFenêtre séparée verticalement en deux baies par un petit pilier ou une colonnette où reposent les naissances de l’arc à double rangée de claveau.
 
Haut-reliefSculpture dont les figures sont en forte saillie de manière à ce que certaines parties soient complètement détachées du fond. Son contraire est le bas-relief.
 
Hiereion (fra)Du grec « hieros », sacré; désigne, dans la tradition orientale byzantine, le périmètre le plus sacré et réservé de l'église ou de la basilique. On y célèbre l'eucharistie Divine avec des rites de préparation, de consécration et de participation à la Cène de l'Agneau.
 
IcôneImage sacrée peinte généralement sur une planche en bois, souvent avec un fond d’or, typique de l’art byzantin. De 730 à 843, la destruction de ces images fut appelé l’iconoclasme. L’iconographe est le peintre ; l’iconographie, la science qui étude cette forme d’art dont la signification se veut à la fois symbolique et religieuse.
 
IconostaseStructure architecturale de cloisonnement dans les églises de rite chrétien oriental qui sépare comme une paroi le presbyterium des nefs. Des colonnes supportent en principe une architrave. On y expose les images sacrées (icônes).
 
LabyrintheLe dallage de nombreuses cathédrales médiévales montre dessiné un labyrinthe dont le parcours était un symbole de la vie terrestre ou du pèlerinage en Terre Sainte.
 
Loggia (fra)Structure architecturale ouverte par des arcades reposant sur des colonnes ou des piliers, autonome ou faisant partie d’un édifice.
 
Lunette (fra)Portion de voûte en berceau pénétrant dans la montée d’une voûte principale, souvent décorée avec des peintures, des mosaïques et des reliefs. C'est aussi l'espace entre l'architrave d'une porte et l'arc au-dessus, ainsi que la planche semi-circulaire de couronnement d'un retable.
 
MatronéeLieu réservé aux femmes. Dans les églises paléochrétiennes et romanes à plan basilical, il est placé sur les nefs latérales et donne sur la nef centrale. Dans les édifices à plan central, il donne sur la baie de la coupole.
 
MédaillonMotif ornemental sculpté ou peint, avec des représentations ou pas.
 
MiniatureArt d'origine oriental avec lequel on décorait et on illustrait surtout les manuscrits. Désigne également un tableau de petites dimensions, généralement une aquarelle sur ivoire, parchemin, papier, cuivre ou autre.
 
MonachismeForme de vie présente dans presque toutes les traditions religieuses et qui s’exprime dans le détachement du monde et dans l’expérience d’une solitude – érémitique et/ou communautaire – vouée aux choses de l’esprit, au travail et à l’accueil des voyageurs et des pèlerins.
 


Tout | A | B | C | D | E | F | G | H | I | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V


Glossary V2.0