Salta direttamente ai contenuti

Satellite: Sicile, Palerme, Monreale

PDF Stampa E-mail
Home arrowApproche arrowSatellite: Sicile, Palerme, Monreale

En s'approchant du site de Santa Maria La Nuova à Monreale, imaginons-nous partant de la station spatiale internationale (ISS) actuelle. Nous pointerons sur l’aube boréale, bien plus riche en terres émergées, et sur la grande mer « fermée » de la Méditerranée, phénomène géologique unique sur toute la planète terre.

Proche de deux océans et avec des fleuves qui pénètrent deux continents (Afrique, Europe) en profondeur, la « Mare nostrum », comme l’appelaient les Romains, a été le berceau idéal d’un certain nombre de macro-civilisations qui, conjointement, ont bâti le monde moderne : nous parlons des civilisations mésopotamienne et perse, de la civilisation égyptienne et de la civilisation gréco-romaine, dite « occidentale ». On s'approche encore un peu plus. On voit la Sicile placée de telle manière que les deux bras de la Méditerranée se rétrécissent juste à son voisinage. Et nous ne nous référons pas seulement au détroit de Messine. Les voies commerciales et les voyages maritimes de l'Antiquité côtoyaient fatalement le territoire sicule, lui reconnaissant ainsi cette priorité géopolitique qui lui est encore de nos jours implicitement attribuée, au niveau stratégique militaire mondial. L’histoire de l’humanité moyen-orientale et occidentale, donc, voit dans notre île un espace privilégié de culture et de vie : de Homère à Frédéric II, le seul  « Empereur d'Occident » qui tenta de réaliser un dessin impérial qui considérait l'île comme un « cœur », centre de direction politique, religieux, militaire et commercial.

Nous nous approchons maintenant de Palerme, zone portuaire de première importance dès les civilisations pré-grecques, élymes, sicanes et sicules. Le susdit « rêve impérial » de Frédéric II a de profondes racines chez les rois Normands qui créèrent des œuvres d'art et d'architecture comme la cathédrale de Cefalù, la Chapelle palatine de Palerme et notre cathédrale de Monreale. Au faîte de la splendeur du pouvoir normand, le roi Guillaume II le Bon, disposant de ressources considérables, fit largement avancer la construction de l'église de Santa Maria la Nuova, initialement projetée comme église de la « Citadelle royale » qui aurait aussi été à l'origine du nom  « Monreale ».

cuba.jpgLe roi avait prévu d’y faire déposer le sarcophage refermant sa dépouille mortelle et que l’on peut encore visiter de nos jours. Elle aurait donc été considérée par la maison royale normande de Sicile comme une « église de famille ». La richesse culturelle du territoire urbain de Palerme et de ses alentours suscitait l’émerveillement général. La civilisation arabe y avait pendant trois siècles injecté le meilleur de ses connaissances scientifiques, technologiques et artistiques. La soi-disant « Conca d’Oro » palermitaine, dominée par le paysage naturel sur lequel s’élève la nouvelle « Monreale », était considérée comme une merveille de jardins irrigués, avec des plants fruitiers célèbres dans le monde entier. On pouvait l’envisager - en tenant également compte du contraste estival d'une chaleur torride – comme un authentique « paradis terrestre »  Souvenons-nous, du reste, que l'étymologie acadienne – sumérienne de « paradis » signifie justement « jardin », comme la Bible judéo-chrétienne le décrit dans le livre de la Genèse.